Navigation


L'ASIV participe au Colloque réhabiliter avec le bois et les matériaux biosourcés qui aura lieu le 3 février prochain à l'Auditorium de la Tour Sequoia, Paris La Défense.
Lire la suite
22 janv. 2016
COP21, les industriels de l’isolation biosourcée sont au premier plan pour permettre de lutter contre le réchauffementclimatique et développer la croissance verte.
Lire la suite
03 nov. 2015
Imprimer

Mise en oeuvre des isolants naturels : considérations générales

Avant de réaliser des travaux d’isolation, il est important d’établir ou de faire établir par un professionnel un "état des lieux thermique" de l’habitation dans le but d’effectuer des travaux d'isolation les mieux adaptés et donc les plus performants et les moins coûteux.

Dans tous les cas, la mise en œuvre est déterminante pour la qualité et la performance de l’isolation. Chaque matériau en fonction de sa nature et de ses caractéristiques fait l’objet de spécificités concernant sa mise en œuvre. Il convient donc de se référer aux préconisations des fabricants et notamment aux avis techniques ad’hoc.

La mise en œuvre de l’isolation doit prendre en compte :
  • La structure existante afin d'adapter les meilleurs matériaux d'isolation et à ne pas dégrader le bâti existant dans le cas d’une rénovation ;
  • L'orientation de l’ouvrage et la situation géographique (climat) ;
  • La gestion de l'humidité surtout si celle-ci est susceptible d’occasionner des dégradations ;
  • Les ponts thermiques ;
  • La perméabilité à l’air de l’ouvrage.
Dans le cadre d’isolants végétaux, il convient de différencier :
  1. Mise en œuvre des isolants se présentant sous la forme de panneaux ou rouleaux ;
  2. Mise en œuvre des isolants en vrac (par exemple ouate de cellulose).
Dans ce cas la mise en œuvre peut se faire, à l’aide d’une machine adaptée, selon les trois modes d'application suivants :
  • soufflage ;
  • insufflation ;
  • projection humide.